Après la déclaration scandaleuse de Christine Lagarde...

Publié le par jdor

Où quand les « puissants » se croient tout permis… Ils sont cruels, ou cyniques, ou stupides ! Ces gens gagnent tellement d’argent qu’ils en deviennent aveugles et méprisants. Au-delà, se pose, sérieusement, la question de la compétence et de l’intelligence de ce type de personnage, leurs idées et décisions sortant bien plus d’un manuel de l’idéologie néolibérale que de leur cerveau. Inutile d’y chercher une quelconque trace de « cœur » ! Il n’est pas d’autre choix que le réveil des peuples face à l’arrogance de ceux qui se prétendent et se voient comme les « maîtres du monde ». (Jean Dornac)


Extrait d’un article de « Le Point »

Lagarde a mis le feu aux poudres en estimant dans un entretien que les Grecs "devraient commencer par s'entraider collectivement".

François Bayrou a jugé lundi "extrêmement choquants" les propos de Christine Lagarde sur la Grèce, car, a-t-il dit, la patronne du FMI "a mis en accusation le peuple grec" alors que celui-ci a été "entraîné dans un aveuglement" par "le bandeau" que ses dirigeants lui avaient mis sur les yeux.

"J'ai trouvé les propos de Christine Lagarde extrêmement choquants parce qu'elle a mis en accusation le peuple grec comme s'il était coupable et responsable", a expliqué François Bayrou sur France Inter.

Christine Lagarde a mis le feu aux poudres en estimant dans un entretien au Guardian que les Grecs "devraient commencer par s'entraider collectivement", et cela, en "payant tous leurs impôts", tout en se disant moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique.

Source : http://www.lepoint.fr/politique/grece-bayrou-juge-les-propos-de-christine-lagarde-extremement-choquants-28-05-2012-1465875_20.php

* * *

 Les dirigeants européens et le FMI doivent laisser les peuples voter librement !

30 mai par Attac France

Le "dérapage" de Christine Lagarde vient couronner une série de déclarations scandaleuses de dirigeants européens. MM. Barroso, Draghi, Schäuble et même malheureusement Laurent Fabius ("on ne peut pas à la fois vouloir rester dans l’euro et ne faire aucun effort") ont ouvertement menacé les Grecs d’une exclusion de la zone euro au cas où leur prochain gouvernement, qui sera élu le 17 juin prochain, remettrait en cause le mémorandum et les plans d’austérité infligés depuis deux ans à la Grèce. Le même chantage pèse sur les électeurs irlandais appelés à se prononcer par référendum le 31 mai pour ou contre le Pacte budgétaire, qui va aggraver encore et installer définitivement l’austérité en Europe.

Mais, en insultant le peuple grec, Christine Lagarde vient de franchir une ligne rouge. Le journaliste du Guardian lui demandait si au moment d’imposer de nouvelles coupes budgétaires à la Grèce, elle hésite parfois en pensant "aux femmes enceintes qui doivent accoucher sans sage-femme, aux malades qui n’ont plus accès aux médicaments vitaux, aux personnes âgées qui meurent par manque de soins". Mme Lagarde a osé répondre : "non, je pense davantage aux enfants d’un petit village au Niger, qui ont deux heures de cours par jour et occupent une chaise à trois". Les enfants grecs qui sont affectés par les coupes ? "Leurs parents n’ont qu’à payer leurs impôts". Alors qu’elle même, comme directrice générale du FMI, ne paye pas un dollar d’impôts sur ses confortables revenus... et que les plans d’ajustement structurel imposés en Afrique par le FMI ne sont pas étrangers à la misère qui y règne encore.

Submergée de mails indignés sur sa page Facebook elle a fini par déclarer sa "sympathie avec le peuple grec et les défis qu’il rencontre". Mais son cynisme n’est pas isolé. Les dirigeants européens se préparent ouvertement à couper les vivres au gouvernement élu le 17 juin s’il décide, comme le parti de gauche Syriza l’a annoncé, de dénoncer le mémorandum. Ils espèrent ainsi intimider les électeurs grecs et les convaincre de voter pour les deux partis corrompus qui ont mené la Grèce au chaos, Nouvelle Démocratie et le PASOK. Comme le dit Christine Lagarde dans son interview au Guardian, sur le ton de la plaisanterie (?), "quelqu’un a dit que si le peuple n’est pas content de son gouvernement, il n’y a qu’à changer le peuple". Une plaisanterie indécente qui n’a même pas le goût d’un lapsus...

S’ils refusent par leur vote l’austérité et la dictature des créanciers et des banques, les Irlandais et les Grecs rendront un fier service à l’Europe tout entière, en montrant aux autres peuples qu’on peut stopper la course vers l’abîme dans laquelle les dirigeants européens nous entraînent par leur cynisme et leur aveuglement. Le peuple islandais l’a déjà fait, pour son plus grand bien, en refusant par deux référendums de rembourser les créanciers de ses banques en faillite ! Attac France, avec les Attac d’Europe, exige que l’Union européenne et le FMI abandonnent toute pression à l’encontre des électeurs irlandais et grecs.

Attac France - Paris, le 29 mai 2012

 Source : http://www.cadtm.org/Les-dirigeants-europeens-et-le-FMI

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article