« Bouton d’Or » et… Retour… ou pas…

Publié le par jdor

J’espère que toutes et tous, vous avez passé d’excellentes vacances, que vous ayez pu partir, ou non, qu’à tout le moins, vous soyez toutes et tous reposés avant d’attaquer une nouvelle année de travail.

J’avais dit, il y a deux mois, que je reprendrais la publication d’articles divers ou personnels à la rentrée. J’avis dit, oui… Mais divers bouleversements, heureux, sont intervenus durant ces mois d’été. Changements qui m’on décidé à quitter Paris pour une autre grande ville où je retrouverai une partie des miens. La capitale n’est pas en cause, je l’aime toujours autant, mais la solitude, pour ne pas dire l’isolement, tue à petit feu ceux qui ont besoin d’un minimum d’affection… Le déménagement devrait intervenir au cours des deux prochains mois, mais en attendant, cela demande beaucoup de travail…

Par ailleurs, je dois vous avouer qu’après une présence de près de 9 ans sur internet, sur divers blogs et sites, une présence quasi quotidienne, une grande lassitude est apparue. Vous qui lisez divers sites, je ne suis pas certain que vous imaginiez le travail que cela représente. Ce n’est pas un reproche, mais une partie de l’explication de mon arrêt des publications sur Etat Critique.

Par ailleurs, comment ne pas le reconnaître, je suis passablement dégoûté de la politique, celle des partis, celle de nombreux militants aussi. Le nouveau pouvoir n’est en place que depuis un peu plus de trois mois et, déjà, on lui reproche de n’avoir fait aucun miracle. Ces critiques, souvent franchement méchantes, viennent de tous les bords politiques français. Cette mauvaise foi si marquée, très « gauloise » me fait penser que, décidément, une part des Français n’est pas adulte. Les piques lancées sont, à mon sens, du niveau des cours de récréations, rien de plus, qu’elles viennent de certains politiciens qui veulent déjà être « calife à la place du calife » ou de militants déçus que leur « poulain » ne l’ait pas emporté lors des dernières présidentielles.

Je ne me reconnais plus dans ces « batailles de chiffonniers » qui n’ont d’autre utilité que d’affaiblir le pouvoir, donc la France. Je préciserai que l’actuel pouvoir n’est certainement pas parfait, mais le jeter au feu alors que son existence est encore très récente, alors que sont intervenues les vacances, franchement, c’est tout sauf sérieux… tout au moins, est-ce ma façon de voir…

A l’avenir, je cherche une personne qui aurait envie de continuer à faire vivre Etat Critique, mais autant que possible, dans l’esprit qui était le mien. Si je trouve cette personne, il m’arrivera, sans doute, d’écrire, ici ou là, un texte si la situation ou un événement, le justifie.

Par contre, je continue mon blog de poésie. Même si, à notre époque, les « réalistes », les « efficaces » jugent que les poètes ne servent qu’à alimenter les discours formatés des politiciens. Qu’importent ces esprits courts en arts et romantisme…

J’espère ne pas trop décevoir de lecteurs, mais, qui sait, ils pourront peut-être me retrouver, s’ils y viennent, sur twitter ou, me lire, si je réussi à me faire publier au cours des toutes prochaines années. Je travaille en effet sur un roman qui sera suivi de deux ou trois autres… C’est une partie très difficile qui commence lorsqu’on ne dispose d’aucun « réseau ». Cependant, si l’on recule devant les difficultés, jamais on ne peut aboutir à quoi que ce soit…

« Bouton d’Or »

A ce propos, pour celles et ceux que cela intéresserait, il reste un certain nombre d’exemplaires de mon premier roman « Bouton d’Or ». La maison d’édition fait une promotion passant le prix de 25 à 20 euros. Vous avouerais-je que je n’ai pas l’esprit commerçant ni marketing… ? Celles et ceux qui aiment mes phrases du matin sur twitter ou mes poèmes ou encore qui ont aimé mes articles, devraient aimer aussi ce premier roman qui a reçu, en 1997 un prix à Bordeaux.

Si vous désirez vous le procurer, il vous suffit d’écrire à Jean Ruhlmann, 66 Chemin de la Baronne – 01220 Divonne-les-Bains en indiquant le nombre d’exemplaires désirés, accompagné du chèque à l’ordre de Jean Ruhlmann. Il est souhaitable aussi d’indiquer votre adresse email pour faciliter d’éventuelles échanges de courrier, ainsi que, bien entendu, votre adresse postale pour recevoir le livre. Précision : On ne trouve plus mon livre chez les libraires ou sur internet.

Je remercie toutes celles et ceux qui m’ont suivi depuis peu ou depuis neuf ans. Ce furent de belles années d’écriture et d’échanges…

A bientôt, sur twitter ou pour des occasions exceptionnelles…

Jean Dornac

Paris, le 3 septembre 2012

Publié dans Communiqués

Commenter cet article

Un Passant 03/09/2012 20:40

J'aime votre poésie, et quelques articles politiques que j'ai lus de vous. Mais je fais parti de ceux qui considèrent que l'on peut attendre mieux. Ceci dit, je nuancerai ma critique contre le
gouvernement, en disant que nous sommes tous concernés. Au fond, les gouvernants doivent jongler entre différentes "forces" opposées et c'est... parfois (tout le temps ?) un noeud gordien auxquels
ils doivent faire face. Mais s'il y a des forces opposées, c'est bien parce que peu prennent le temps d'écouter, de s'écouter, de se poser. On est tellement pris, tiraillé de partout...

Ce système divise et fonctionne grâce à la division. Si on en sortait en mettant de côté les egos partisants ? On est conditionné à prendre parti, à en user l'affect. Il y a des voies pour en
sortir. Et ces voies passent par la remise en question du fonctionnement du pouvoir, et aussi de notre fonctionnement de consommateur.

Je vous invite à regarder ceci : http://www.youtube.com/watch?v=pj3Q9H6c44w

Et ceci : http://www.youtube.com/watch?v=qUNF7TRGqDM

Ainsi que ceci : http://www.youtube.com/watch?v=AIzUaGDp3F0

Et enfin à lire cela : http://actualites.mouvement-zeitgeist.fr/zedito/191-enfin-un-plan-de-transition-vers-une-economie-basee-sur-les-ressources-les-4-heures-de-travail-par-jour

Ceci étant dit, désolé si mon commentaire vous a ennuyé, bon courage pour votre déménagement, pour vos projets, que les muses soient avec vous.

Un Passant 03/09/2012 20:39

J'aime votre poésie, et quelques articles politiques que j'ai lus de vous. Mais je fais parti de ceux qui considèrent que l'on peut attendre mieux. Ceci dit, je nuancerai ma critique contre le
gouvernement, en disant que nous sommes tous concernés. Au fond, les gouvernants doivent jongler entre différentes "forces" opposées et c'est... parfois (tout le temps ?) un noeud gordien auxquels
ils doivent faire face. Mais s'il y a des forces opposées, c'est bien parce que peu prennent le temps d'écouter, de s'écouter, de se poser. On est tellement pris, tiraillé de partout...

Ce système divise et fonctionne grâce à la division. Si on en sortait en mettant de côté les egos partisants ? On est conditionné à prendre parti, à en user l'affect. Il y a des voies pour en
sortir. Et ces voies passent par la remise en question du fonctionnement du pouvoir, et aussi de notre fonctionnement de consommateur.

Je vous invite à regarder ceci : http://www.youtube.com/watch?v=pj3Q9H6c44w

Et ceci : http://www.youtube.com/watch?v=qUNF7TRGqDM

Ainsi que ceci : http://www.youtube.com/watch?v=AIzUaGDp3F0

Et enfin à lire cela : http://actualites.mouvement-zeitgeist.fr/zedito/191-enfin-un-plan-de-transition-vers-une-economie-basee-sur-les-ressources-les-4-heures-de-travail-par-jour

Ceci étant dit, désolé si mon commentaire vous a ennuyé, bon courage pour votre déménagement, pour vos projets, que les muses soient avec vous.

karine 03/09/2012 10:57

bon courage jean

jdor 03/09/2012 11:12



Merci chère Karine ! Le courage ne manque pas, heureusement !