Ces « salauds » d’assistés

Publié le par jdor

 

Il y a des claques qui se perdent, je vous l’assure ! D’un côté, Sarkozy nous refait son « numéro de 2006 », en parfait candidat socialiste, fils spirituel de Jean Jaurès, « casseur » du capitalisme en « obligeant », par la loi, le patronat français à « offrir » une prime de fin d’année pérennisée à ses salariés ! Qui y croit ? François Baroin et Xavier Bertrand, évidemment ! Plus langue de bois que jamais, tout en gardant leur air sérieux de premiers de classe, ils nous annoncent que cette prime était dans le programme du patron depuis des années, mais que, courte mémoire que nous sommes, nous l’aurions oublié ! Il est difficile, dans le domaine de l’hypocrisie et de l’opportunisme électoral de faire mieux, en fait, de faire pire.

http://www.europe1.fr/Politique

wauquiez-198x300.jpgD’un autre côté, Laurent Wauquiez, semble-t-il au nom du catholicisme social dont il ferait partie par son club de réflexion nommé « Droite sociale », s’aligne, cela me semble beaucoup plus franc, sur une phraséologie digne seulement du « Tea Party » des ultras conservateurs américains.

Dans Marianne 2, sous la plume de J-C Slovar - Blogueur associé, on pouvait lire cette idée ou explication stupéfiante qu’a exprimée le ministre des affaires européennes : Les classes moyennes ont le sentiment d’être les « vaches à lait » du système : de contribuer à la solidarité nationale en travaillant et en payant des impôts, mais de ne rien recevoir en retour, avec un système d’aides qui s’arrête à leur porte à quelques dizaines d’euros près (effets de seuils) et un travail de moins en moins bien considéré et valorisé. Autrement dit, « la baisse du pouvoir d'achat de ceux qui travaillent est due aux titulaires d'aides sociales ! »

C’est proprement révoltant et d’une mauvaise foi grandiose ! C’est répugnant ! Quand je pense à la misère qui se répand, quand je pense à mon propre cas, un parmi la foule de retraités abandonnés à la misère, je ne peux avoir qu’envie de hurler ! C’est du néolibéralisme pur cru, stupide et insultant !

Ce gouvernement, sans doute plus que les autres, avec son Président en tête, possède l’art de fabriquer des boucs-émissaires à la chaîne. Il ne leur suffit pas de s’accrocher désespérément aux basques du Front National en désignant comme coupables des problèmes de la France les Arabes immigrés ou Français, les Noirs immigrés ou Français, musulmans ou non, puis depuis l’été dernier aux Roms, il faut à présent s’en prendre à ceux qui, dans notre pays, ont été cassés par les copains et les coquins du pouvoir sarkozien. Aux yeux de ce ministre de droite sociale, ardent défenseur des classes moyennes, il n’est donc pas suffisant que les chômeurs aient subi l’exclusion du travail, l’appauvrissement presque instantané, la perte des collègues, parfois des amis, voire du conjoint. Il n’est donc pas suffisant d’être repoussé de partout et n’avoir guère de chance, à partir d’un certain âge, de retrouver un travail. Il faut donc encore les montrer du doigt, les rendre responsables de l’appauvrissement des couches moyennes !

Il est vrai que l’immense majorité de ceux dont la société capitaliste libérale, voire ultra libérale a brisé la vie, ne peut pas se défendre. Comme tous les boucs-émissaires, c’est le côté pratique pour les profiteurs et les lâches : les brisés et les pauvres ont l’avantage, lorsqu’on les attaque, d’en être réduits à se taire ou à se suicider pour ceux qui n’en peuvent plus.

Je ne sais si Laurent Wauquiez est un croyant et catholique convaincu, voire pratiquant. Mais si tel est le cas, il fait renaître un catholicisme du pire. On pouvait espérer que cette religion-là, sous cette forme abominable, avait disparu pour de bon, au moins dans notre pays. Si l’on ajoute ce catholicisme de bourgeois du 19ème siècle, avec le saccage d’une œuvre d’art, certes provocatrice, par une bande de fanatiques cathos exaltés, il y a de quoi s’inquiéter. La laïcité, déjà malmenée par Sarkozy depuis son arrivée au pouvoir, prend encore un mauvais coup.

64547603.jpgHeureusement, tout de même, que le ministre ne représente pas l’Église, mais il semble bien qu’il fasse partie des nostalgiques du temps des riches maîtres, ces bourgeois exploiteurs, parfois jusqu’à la mort, des prolétaires, femmes et enfants compris. Cette réaction odieuse doit nous rendre attentifs au fait que la « bête » n’est pas morte et remue encore. Je ne parle pas de la religion elle-même, mais du fanatisme et de l’aveuglement de ceux qui se croient supérieurs estimant qu’ils détiennent la vérité, que si un riche est riche, c’est parce que Dieu le veut et que si un pauvre est pauvre, c’est de sa propre faute et que Dieu le veut également. Cela me rappelle furieusement la doctrine du fanatisme chrétien aux USA, cet allié naturel de GW Bush.

Selon plusieurs réactions, l’idée qui traverse l’esprit du ministre, se baserait sur un texte de Saint Paul résumé ainsi «  Que celui que ne travaille pas ne mange pas » ! On ne peut être plus radical et moins chrétien !

Pour ma part, en tant qu’ancien croyant et pratiquant catholique, devenu depuis, agnostique, mais n’ayant pas oublié ce qui fut sa foi, j’adresserais plutôt, à Laurent Wauquiez et aux membres de son club de réflexion de la droite sociale, la parabole de « Lazare et le mauvais riche ». Si les écritures n’ont pas été trafiquées avec les siècles, cette parabole a au moins le mérite d’avoir été dite par le Christ et non par l’un de ses successeurs. Cette parabole est très forte et très significative de la vision qu’aurait Dieu à l’égard des pauvres et des riches. Je crois que tous les « puissants » qui se revendiquent de la foi chrétienne devraient afficher ce texte dans leur bureau, salon ou chambre à coucher pour le relire tous les jours…

Cela éviterait peut-être qu’au nom d’une reconquête des voix en vue de la prochaine présidentielle, certains ne trouvent d’autres moyens que d’insulter gravement le monde de la pauvreté…

Jean Dornac
Paris, le 24 avril 2011

Publié dans Sarkozy & Cie

Commenter cet article