DSK : La meute est lâchée

Publié le par jdor

 

Comme beaucoup de citoyens en France, voire ailleurs, j’ai été frappé par l’image de Dominique Strauss-Kahn menotté, les mains derrière le dos, flanqué de cinq policiers. Puis, le soir, nouvelles et difficiles images du même homme, au tribunal, cette fois ; un homme perdu, hagard, le regard dans le vide comme s’il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Les faits et ces images m’amènent à écrire ce texte qui ne va pas dans le sens général. Il faut savoir, je l’ai écrit dans plusieurs articles, ces dernières semaines, que je n’aurais jamais voté pour DSK en 2012. Ce qui me donne toute liberté pour vous dire le fond de ma pensée.

Brièvement, les faits tels qu’ils nous sont présentés

© KEYSTONE-a

straussprofil.jpgAinsi donc, sous le témoignage d’une jeune femme de ménage, Strauss-Kahn est-il accusé de tentative de viol et des six autres chefs d’accusation par la Justice américaine. Notamment, il aurait fui précipitamment l’hôtel où tout se serait déroulé, mais, là, il y a plus que des doutes selon divers témoignages. La Justice outre-Atlantique affirme que les relevés ADN sont accablants. Et par ailleurs, on verrait plusieurs griffures sur le corps du suspect.

Des questions en suspens

Il est impossible de ne pas se poser certaines questions. Comment imaginer que cet homme ait pris de tels risques sachant qu’en vu de la campagne présidentielle française, il était littéralement surveillé par les médias et ses adversaires ? Il y a, là, quelque chose d’inimaginable, sauf à croire en une sorte de coup de folie lié à une obsession sexuelle maladive.

Nombreux sont ses amis politiques ou proches qui pensent à un complot pour le faire tomber. Lui-même, il y a peu de temps, aurait évoqué une telle hypothèse, parlant même de « viol dans un parking » organisé contre lui. Alors comment accepter, puisqu’il savait tout cela, qu’il se serait laissé prendre dans un tel complot ? Cela ne tient pas la route.

Un passé troublant

Certains de ceux qui le connaissaient bien ou qui le suivaient de plus ou moins près, ne sont pas étonnés de ce qui arrive au directeur du FMI, notamment Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles. Voici ce que dit ce journaliste :

S'il a généralement été épargné par les médias sur ce point, la réputation de M. Strauss-Kahn à l'endroit des femmes est pourtant bien connue depuis longtemps, selon Jean Quatremer. «C'est un secret de polichinelle dans le petit monde politico-médiatique français», où les hommes politiques peuvent aller très loin sans avoir à s'inquiéter.
«J'ai assisté à des scènes ou il proposait, devant témoins, des relations sexuelles à des femmes, [...] des choses absolument effarantes et humiliantes pour une jeune femme, considérée comme un morceau de viande.» Plusieurs femmes journalistes ont abondé dans le même sens ensuite.
«Il s'est comporté comme un prédateur», déclare le journaliste de Libération, qui refuse de participer à cette «complicité insupportable», cette «omerta» des médias. (Sources TVA nouvelles – Québec)

Chimulus

h-20-2495338-1305456496On ne peut pas non plus oublier la relation extraconjugale lors de ses débuts au FMI. Cependant, les témoins dignes de foi, les amis et proches de DSK affirment tous qu’ils ne peuvent pas croire en cet acte de violence, en cet acte criminel qu’est une tentative de viol. Pour eux, cela ne correspond pas au Dominique Strauss-Kahn qu’ils connaissent.

À propos du « complot »

Je dois avouer, très franchement, que je supporte de moins en moins les écrits de nombre d’intervenants sur Internet, tous ces gens qui crient, pour un oui, pour un non, pour tout et pour n’importe quoi au « complot ». Cela devient une habitude, je dirais même un vice commode pour expliquer les problèmes du monde de notre époque. Nous savons bien que les pouvoirs ont trop souvent les mains sales. Mais la nature humaine est suffisamment fragile et faible pour que la plupart des événements que nous vivons n’aient rien à voir avec de supposés complots.

Cette affaire dans laquelle se trouve impliqué DSK peut avoir nombre d’explications qui n’ont rien à voir avec un quelconque nouveau complot. Les faits, tels qu’ils ont été présentés, peuvent être la vérité ; ils peuvent aussi être le fait d’une fragilité psychologique éventuelle de l’accusatrice.

À force de parler de « complots », les chroniqueurs d’internet risquent de nous décrédibiliser tous. Et c’est grave pour un média qui pourrait devenir une source importante d’informations du citoyen.

Qui est victime dans cette affaire ?

Si les faits sont avérés, la seule vraie victime est la jeune femme de ménage. S’il est une personne, dans cette affaire, qu’il faut préserver et aider, c’est bien elle. Pour l’heure, cependant, elle n’est que la « victime présumée ». Mais ce serait une grave erreur de penser que parce qu’elle est femme, et simple femme de ménage, qu’elle a inventé toute cette histoire.

À côté de cette victime probable, il ne faut pas oublier, non plus, l’épouse de DSK et ses autres proches. Certains, plus ou moins fortement, se réjouissent de la descente aux enfers du couple DSK. C’est lamentable et ne ressort que d’une triste jalousie. Il n’est pas difficile, pourtant, d’imaginer ce que serait notre propre souffrance si notre conjoint ou l’un des nôtres était arrêté pour de tels faits. C’est une tragédie véritable pour ceux qui sont concernés.

La chute de l’aigle

http://actu-one.blogspot.com/2011/06  

jpg_dsk.jpgJe trouve indécentes, profondément choquantes, nombre de réactions sur internet à propos de la déchéance de Dominique Strauss-Kahn. Même s’il est coupable, comment se réjouir de la chute vertigineuse d’un homme ? Comment ne pas ressentir de la compassion devant cet homme qui dirigeait le FMI et qui, du jour au lendemain, est présenté aux caméras les mains menottées dans le dos ? Comment se réjouir de ce qui ressemble à l’effondrement d’une personnalité dans le tribunal ? Faut-il être lâche pour vouloir écraser encore plus un homme à terre ! Tous ceux qui font la fête, officiellement ou cachés, pourront-ils encore se regarder dans un miroir si, d’ici la fin de la procédure, DSK était lavé de tout soupçon ? Je crois que, malheureusement, ils n’auront aucun problème, parce que leur conscience est terriblement endormie.

Il semble évident, aujourd’hui, que Strauss-Kahn ne pourra pas être le candidat du parti socialiste pour les présidentielles de l’an prochain, qu’il soit innocent ou coupable, cela en raison de la durée de la procédure de jugement aux USA. Il me semble tout aussi évident, même si à l’heure qu’il est aucune décision n’a été prise, qu’il ne pourra pas rester à la tête du FMI. C’est donc un homme fini selon toutes vraisemblances. Là encore, même si l’on était un opposant à DSK, comment s’en réjouir ?

Cette affaire me laisse un goût amer. Où se trouve la grandeur humaine dans tout cela ? Je veux encore espérer que cet homme est innocent du crime dont il est accusé.

Cependant, s’il est coupable, pour ma part, je ne ferai pas partie de ceux qui jettent les pierres sur l’homme nu et à terre. Je me refuse catégoriquement de faire partie de la meute hurlante qui sévit sur Internet et qui, en rien, ne grandit l’humain.

Jean Dornac
Paris, le 17 mai 2011

Publié dans Les "affaires"

Commenter cet article