En forme de souhaits…

Publié le par jdor

L’an 2011 passera rapidement dans les oubliettes de nos mémoires. Année de drames, au Japon, en Indonésie et Syrie, entre autres ; année d’espérances en Tunisie, Egypte et Libye ; secousses économiques, un peu partout. Et, en France, parmi le grand nombre, l’impatience d’être libéré d’un pouvoir honnis !

La « sarkozie », ce pays fermé, s’est distinguée parmi le concert des nations. Paris, sa capitale, a été l’une des seules à ne pas avoir de feux d’artifices pour le passage de l’an. Les peurs qui gouvernent l’âme de Sarkozy et de sa bande ont interdit la fête, l’explosion de joie et les pétards. Ce pays, sous cette pénible férule, devient un pays triste, sans avenir heureux tant que ces fossoyeurs de la joie de vivre seront au pouvoir. Un pays sécuritaire est un pays qui oublie et enterre la liberté au nom de la peur, celle du pouvoir et celle, supposée, de tous les citoyens… Ces peurs sont loin d’être partagées par tous les Français, mais le pouvoir égotique de Sarkozy ne peut imaginer que la majorité des Français ne partage pas ses peurs…

Pessimistes, les Français ?

Selon les enquêtes, une majorité de Français serait pessimiste pour l’avenir. Certes ! Et comment ne le serions-nous pas avec Sarkozy à l’Elysée, Fillon à Matignon, et une bande de ministres sans crédibilité, qui jouent, jour après jour, les précieuses ridicules en encensant leur cher Président ! Et ceci, jusqu’au ridicule avéré. Je crois qu’il n’y a nul besoin de donner des noms, tous sont à mettre dans le même panier et à évacuer au plus vite.

Que sera 2012 ? Qui peut le deviner ? Pas moi, en tout cas. Les seules certitudes que nous puissions avoir, c’est qu’il y aura bien plus de chômeurs grâce à la politique de rigueur, que le nombre de nouveaux pauvres dépassera, chaque mois, le chiffre de l’inflation, que les malades ne pouvant plus se soigner vont, eux aussi, se multiplier. Pas de quoi se réjouir, pas de quoi faire la fête. Pour les plus lucides d’entre nous, le pire, c’est l’incessante attaque contre la Liberté. C’est notre bien le plus précieux et c’est lui qui est le plus attaqué par le pouvoir en place.

Il faut tout de même se rendre compte, que le « sarkosysme » abîme et enlaidit tout ce qu’il touche et ceci depuis le premier soir. Dernier exemple en date, certaines nominations à la Légion d’Honneur. Je ne suis pas partisan de cette breloque et pas plus de toutes les autres. Cependant, la nomination de certains, dont il n’est pas besoin de donner les noms, relève d’un manque de respect absolu de l’esprit de cette distinction. A mon avis, Napoléon ne se retourne même plus dans sa tombe des Invalides, il devient toupille…

Vraiment pessimistes, les Français ?

Pour l’instant, oui, nous le sommes. Cependant, nous sommes également une grande foule à espérer être « libérés » en mai prochain : Libérés du ridicule quasi permanent ; libérés de la mainmise néolibérale de ce pouvoir ; libérés de l’obsession sécuritaire ; libérés de la xénophobie gouvernementale ; libérés des abus de pouvoir, par exemple sur la télévision ; libérés de la propagande et des « éléments de langage » ; libérés de la morosité qu’engendre inévitablement un pouvoir aussi lamentable ; libérés, enfin, du favoritisme scandaleux pour les plus riches. Si l’on part du principe et si l’on comprend que le « problème de la France », c’est bel et bien Nicolas Sarkozy, notre moral remontera en flèche, l’espérance sera de retour, si le peuple a la sagesse, en mai prochain, voire déjà en avril, de montrer la porte de sortie à l’actuel locataire de l’Elysée ainsi qu’à tous ses ministres et députés.

Evidemment, Sarkozy parti, il serait déraisonnable d’imaginer que les lendemains seront colorés. Cinq années sous la domination de ce personnage auront été la cause d’une foule de dégâts à tous niveaux. Il en faudra, du temps, pour réparer les destructions systématiques du clan Sarkozy, notamment, par rapport aux services publics ! C’est qu’il en faudra, de l’énergie et de la volonté, pour faire plier le monde de la finance et montrer combien le « triple A » n’était qu’un attrape-nigaud et un paravent pour installer, avec cruauté, la pauvreté et l’envie de suicide chez les plus lourdes victimes du néolibéralisme. C’est qu’il faudra encore que les Français, dans leur majorité, élisent une femme ou un homme capable de dire non aux fossoyeurs argentés de la démocratie, sans tomber dans le piège du Front National ! Il est tout de même incroyable que la plupart des médias français ne disent pas clairement aux citoyens, combien les agences de notation, non seulement ne sont pas utiles, mais qu’elles sont, de plus, nuisibles. C’est avoir la mémoire courte, du côté des experts ou être partisan de l’idéologie néolibérale que de ne pas nous dire que les agences en question n’ont pas vu venir la crise des subprimes, ou, sans doute, n’ont surtout pas voulu le dire pour protéger les intérêts d’un certain monde de la finance. On entend, régulièrement, à la télévision ou à la radio, certains de ces « experts » nous affirmer benoîtement, qu’il ne sert à rien de casser le « thermomètre » pour guérir « le malade ». Certes, seulement, ils feignent d’oublier que le thermomètre en question est faussé et ses résultats plus qu’orientés…

Chasser Sarkozy remplira notre cœur de joie, il n’y a nul doute sur ce point. Mais encore faudra-t-il mettre les banques au pas ! Mais encore, faudra-t-il créer ou recréer des lois protégeant ouvriers et employés contre les délocalisations, les licenciements abusifs, les vols en tous genres organisés par certains patrons aussi criminels que leurs ancêtres du 19ème siècle. Trouverons-nous, dans notre pays, le nombre suffisant d’élus ayant le courage de s’attaquer réellement à ces tâches plus qu’urgentes ?

De quoi retrouver l’espérance

Il faudra, lors des deux tours de l’élection présidentielle, que le peuple se rappelle ce que fit le CNR (Conseil National de la Résistance) au sortir de la deuxième guerre mondiale. Là, oui, le pays était ruiné ! Ce qui ne l’a pas empêché de créer un système social unique au monde. Il est vrai qu’à l’époque, la domination néolibérale n’était pas encore née, n’avait pas encore semé ses théories empoisonnées. Aujourd’hui, notre pays n’est pas ruiné, loin de là. Si le futur élu et son gouvernement ont le courage de s’éloigner des thèses économiques empoisonnées, alors, l’espérance sera de retour. Si l’espérance est de retour, la peur, le racisme, l’égoïsme et le FN reculeront et perdront l’influence gagnée au cours des dernières années.

Ce pays peut redevenir l’une des Lumières qui éclairent le monde. Nous avons le potentiel nécessaire, il faut juste donner la chance à la volonté de se lever contre le pouvoir de l’argent, où qu’il se trouve. Non, le néolibéralisme et l’ultralibéralisme ne sont pas « la fin de l’histoire ». Cela n’existe pas, « la fin de l’histoire ». C’est juste le parfait bobard que des intellectuels de rencontres ont tenté de nous faire avaler. Il n’est pas un système, pas une dictature, au cours de l’histoire humaine, qui n’ait fini par chuter ! Ceci, jamais, nous ne devons l’oublier ! C’est l’une des plus fortes sources d’espérance.

Pour que notre pays retrouve son statut de porte-drapeau de la Liberté, il faut que l’esprit d’une majorité de citoyens comprenne enfin que la peur est stérile, qu’elle paralyse l’esprit et le corps, que la vie, par essence, est risque depuis la première seconde de notre existence. C’est un fait qu’il nous faut accepter si nous voulons vivre libres et avancer vers le retour d’une démocratie enfin digne de ce nom. La peur n’a jamais évité les dangers ou les catastrophes, elle les précipite.

A tous les esprits libres, je souhaite une flamboyante année 2012 ; à tous les esprits enfermés dans les filets de la peur, je souhaite la libération pour aller, enfin, vers l’essence de la vie.

Bonne année à toutes et à tous !

Jean Dornac
Paris, le 2 janvier 2012

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

Nathalie 02/01/2012 17:45

On ne peut que vous rejoindre pour la joie qu'on éprouverait si Sarkosy partait.
Car trop de gens démunis souffrent de l'égoïsme de ce personnage sinistre.
Je vous souhaite une bonne année et surtout particulièrement à vous :une bonne et meilleure santé.

jdor 02/01/2012 17:49



Merci pour vos voeux ! De même à vous et aux vôtres...