Incroyable mais vrai

Publié le par jdor

Par Gaylor Richardeau

Je voudrais poser la question suivante. Comment un Président sortant est-il arrivé au deuxième tour, sans que la campagne présidentielle ne se soit portée sur son bilan, catastrophique s'il en est...

Comment est-ce possible au sein d'une Démocratie et alors même qu'il y a cinq ans, le Président s'engageait : « Les Français me jugeront sur mon bilan » ? Le silence du Président est explicable sinon légitime, puisqu'il ne saurait raisonnablement se tirer une balle dans le pied !

L'opposition, si elle a parfois fustigé ce bilan, n'est pas entrée sur le fond se contentant de la forme. Que dire des journalistes, dont c'est pourtant le travail, qui n'ont pas posé à un Président les questions qui gênent voire qui fâchent ! On parle souvent de presse sous contrôle, de presse muselée, de médias enchaînés, de menaces de pertes de cartes professionnelles, de perte d'emploi même...

Rien de tout cela n'est acceptable dans un Etat de droit, qui a proclamé la liberté de la presse dès 1881. A croire qu'il souffle un sentiment de terreur dès lors que le mot bilan présidentiel est prononcé voire susurré ! Pourquoi une telle omerta, pourquoi une telle autocensure sinon censure ? Que détient sur les uns et les autres le Chef de l'Etat qui puisse ainsi les faire se taire ? Serait-ce le charisme et l'autorité personnelle du Président qui conduirait à se murer dans le silence ? Ne sommes-nous plus sous les ors d'une République mais sous les fers d'une dictature ? Je n'ose y croire, et pourtant silence total. N'étant ni membre d'un quelque parti politique, ni journaliste, je vais, peut-être au risque de ma vie, essayer de dresser ce bilan que l'on fuit.

Revenons donc sur les engagements pris par Mr SARKOZY et tentons d'en tirer quelques conclusions.
image002.jpg
En 2007, inspiré par le slogan de Mr OBAMA, aux USA, Mr SARKOZY se présentait aux Français sous cette forme. Campagne bucolique, homme souriant, ciel bleu, terre vallonnée... Une sorte de quiétude bienfaisante émanait de cette image. Quant au « Ensemble, tout devient possible », il devait permettre le rassemblement et l'espoir.

Une campagne présidentielle, il n'est pas inutile de le rappeler, n'est pas simplement une affiche et un slogan accrocheurs. C'est surtout et avant tout un programme. Un programme d'action que l'on propose au peuple et que de fait on s'engage à respecter. Un programme est donc une promesse d'action. Notons, là, avec une pointe d'ironie, que les promesses n'engagent que ceux qui ont la faiblesse d'y croire. Les Français y ont cru puisque Mr SARKOZY a été élu.

Décortiqué, il était possible de cibler quinze propositions phares.
- Mettre fin à l'impuissance publique
- Une démocratie irréprochable
- Vaincre le chômage
- Réhabiliter le travail
- Augmenter le pouvoir d'achat
- L'Europe doit protéger dans la mondialisation
- Répondre à l'urgence du développement durable
- Transmettre les repères de l'autorité, du respect et du mérite
- Une école qui garantit la réussite de ses élèves
- Mettre l'enseignement supérieur et la recherche au niveau des meilleurs mondiaux
- Sortir les quartiers difficiles de l'engrenage de la violence et de la relégation
- Maîtriser l'immigration
- De grandes politiques de solidarité, fraternelle et responsables
- Fiers d'être français

Sur le papier il était possible de trouver certains engagements pertinents et d'en souhaiter leur mise en application.
Voyons, à quelques jours du second tour de l'élection présidentielle, ce que Nicolas SARKOZY a fait de ses promesses au peuple de France.

Promesse 1/ Mettre fin à l'impuissance publique
La puissance publique était donc impuissante à l'arrivée de Mr SARKOZY au pouvoir. Mais impuissante à quoi ? Impuissante face à la crise économique mondiale ? Impuissante face aux délocalisations multiples ?
Sauf à se prendre pour Zorro, comment SARKOZY pouvait-il, à lui seul, espérer juguler la crise économique mondiale ? Impossible et dangereux de le faire croire. La mondialisation est un fait et la puissance des marchés financiers son corollaire.
Premier mensonge au peuple, aucun Etat seul, aucun Chef d'Etat ne peut s'attaquer à cette gangrène d'un capitalisme à son apogée.

Promesse 2/ Une démocratie irréprochable
En soi la démocratie est irréprochable, mais c'est ceux qui disent la représenter qui le sont parfois beaucoup moins. Trop de faits et d'actes au cours de ces cinq années pourraient illustrer l'échec total de cet engagement.
Je me contenterai d'appuyer mon propos par quelques exemples.
Premier acte du Président : augmentation de son salaire de 70% ; Choisir comme ministres d'anciens condamnés ; Invitation en grandes pompes de BACHAR EL ASSAD, de KHADAFI, du dirigeant CHINOIS HUJINTAO ; Suspicions sur les moeurs de certains ministres ; Confondre les fonds et les moyens de l'Etat avec ses propres deniers et outils ; Profanations d'insultes et de menaces à l'encontre d'opposants ; Financement de campagne par des valises tombées du ciel ; Assassinat de Mohamed Merah...
Cela fait beaucoup pour prétendre à l'irréprochabilité de cette démocratie là...

Promesse 3/ Vaincre le chômage
En lisant de nouveau cette promesse on a malheureusement une furieuse envie de rire ! Le chômage n'a eu de cesse de grimper tout comme les travailleurs pauvres d'ailleurs. Rien n'a été fait pour les sans emploi, sauf à considérer les Pôles Emplois comme des dispositifs efficients... Les chômeurs, plutôt qu'une aide, ont reçu des menaces de suppressions de leurs droits, et parfois des radiations pures et simples ont été prononcées.
Les nombreuses délocalisations sont venues gonfler les chiffres du chômage.
Vaincu le chômage ? Vaincu le Président !

Promesse 4/ Réhabiliter le travail
En quoi le travail a t il été réhabilité ? Qui de nous ignore que sans travail, c'est la vie qui trinque. Les Français connaissent la valeur travail. Ce qu'il fallait réhabiliter c'était l'embauche, et agir du côté des employeurs plutôt que de stigmatiser les travailleurs et les chômeurs. C'était aussi faire des Pôles Emplois qui soient de véritables repères et porteurs de solutions individualisées pour chaque personne au chômage.
Promesse non tenue

Promesse 5/ Augmenter le pouvoir d'achat
Celui qui s'engageait à être le président du pouvoir d'achat des Français, les a trompés. L'augmentation des prix a été constante dans tous les domaines et les taxations toujours plus fortes. Les fonctionnaires ont vu leurs salaires gelés. Faire ses provisions chez les hard discounters n'est plus une honte, mais une nécessité !
Le seul qui aura vu son pouvoir d'achat augmenter (30% de patrimoine en plus en cinq ans) est le Chef de l'Etat !
Alors, Président du pouvoir d'achat, ou de l'achat du pouvoir ?
Promesse non tenue.

Promesse 6/ L'Europe doit protéger dans la mondialisation
Demander au peuple Grec combien l'Europe l’a protégé. L'Europe ne sera protectrice que lorsqu'elle sera l'Europe des citoyens européens et non l'Europe des Economistes et des Technocrates.
Il est aisé de comprendre pourquoi certains partis politiques revendiquent une sortie de l'Europe. L'Europe oublie les peuples. Citons, là, le dramatique exemple de la Grèce où tout un peuple est sacrifié sur l'autel des diktats Bruxellois.
L'Europe n'est pas une construction pour les Etats, mais pour les ressortissants de ces Etats.
Humaniser l'Europe est une priorité avant que les peuples puissent la percevoir comme une structure protectrice.
Promesse non tenue.

Promesse 7/ Répondre à l'urgence du développement durable
Néant... Poursuite du tout nucléaire...
Promesse oubliée

Promesse 8/ Permettre à tous les Français d'être propriétaires de leurs logements
Belle idée, résultat zéro ! Aux taux où prêtent les banques qu'espérer sinon rester locataire à vie ! Et encore ça, c'est dans le meilleur des cas. Combien de nos compatriotes se logent dans des habitations insalubres, gracieusement offerts par des marchands de sommeil ? Et combien de SDF aujourd'hui encore. Il n'avait pas promis que plus personne ne dormirait dans la rue ? Il l'avait promis mais les SDF sont toujours dehors et meurent. Cette situation est inacceptable notamment si l'on considère le nombre de logements vacants...
Promesse non tenue

Promesse 9/ Transmettre les repères de l'autorité, du respect et du mérite
SARKOZY n'a jamais incarné l'autorité, mais l'autoritarisme. Qu'espère-t-il donc transmettre ?
Le respect ? Comment le « Casse toi pauv con » est-il un signe de respect d'autrui ?
Le mérite ? Ou la lèche-majesté ? Le mérite, c'est la prime à la tête du client. Pour l'équité de cette mesure on repassera !
Promesse non tenue

Promesse 10/ Une école qui garantit la réussite à tous les élèves
De nombreuses études ont démontré les grandes failles du modèle d'enseignement français. Au lieu de s'en inspirer, on a continué à faire ce que l'on faisait. On impose à l'élève, aux parents, on les menace de suspensions des aides sociales, on refuse les enfants de pauvres à la cantine... On exclut ? Voire judiciarise les élèves perturbateurs, on en relègue d'autres dans des voies sans issue...
Promesse non tenue

Promesse 11/ Mettre l'enseignement supérieur et la recherche au niveau des meilleurs mondiaux
Super, tous nos chercheurs sont à l'étranger !
Promesse non tenue

Promesse 12/ Sortir les quartiers difficiles de l'engrenage de la violence et de la relégation
Le plan Marshall pour nos banlieues n'a pas eu lieu. La politique de ghettoïsation s'est poursuivie, renforçant le communautarisme. On évoque la violence des quartiers, posons-nous la question de la violence de la société à leur égard. Ce sont les politiques qui sont aux commandes de la relégation, non les habitants des banlieues.
Promesse non tenue

Promesse 13/ Maîtriser l'immigration
Sur ce point, chapeau bas. Les expulsions n'ont eu de cesse de croître parfois au détriment des droits de l'homme voire de l'enfant ! Honte à la France pour ces actions ! La France ne peut, peut-être pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit le respect à toutes ces personnes qui ont cru et croient encore en notre pays !
Promesse écoeuramment tenue

Promesse 14/ De grandes politiques de solidarité, fraternelles et responsables
En cinq ans, où est passée cette promesse ? Où sont les réformes promises sur la dépendance ? Qu'est devenue notre dispositif de santé, sinon un système à deux vitesses ? La réforme sur le handicap ?
Promesse au placard

Promesse 15/ Fiers d'être Français
Là, je le dis sans ambages, je ne suis plus fière d'être de ce pays qu'un homme a détruit sur l'autel de ses intérêts personnels et de ses amis.
Je ne serais jamais fière d'un pays où les droits de l'homme ne sont pas respectés.
Promesse non tenue

Voici ma petite vision des promesses de SARKOZY... Bilan, seule la maîtrise (dans des conditions abjectes) de l'immigration peut être vue par le Président comme une réussite. Pour le reste, c'est un Zéro que Zorro mérite.

A l'aune de ces observations, la logique voudrait que SARKOZY ne se soit pas représenté... Une démission aurait été la marque d'un grand homme.

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

Damoiseau L'Xé 30/04/2012 16:34

Je voudrais revenir sur quelques points.

En début de billet, on peut lire : "En 2007, inspiré par le slogan de Mr OBAMA, aux USA, Mr SARKOZY se présentait aux Français sous cette forme"
Obama a été élu en 2008. De fait, je ne pense pas que Sarko se soit inspiré de son slogan ("Yes we can"), vu que celui-ci est venu après le fameux "Ensemble, tout devient possible". Ce n'est là
qu'une remarque strictement formelle, dans le fond, je partage le point de vue de l'auteur.

Sinon, sur la partie "Promesse 4/ Réhabiliter le travail", outre les questions d'embauche et de chômage, je pense que le travail n'a jamais été aussi dévalorisé qu'aujourd'hui. Qui peut espérer
s'enrichir juste par une vie de labeur? Gagner honnêtement sa vie, cela n'a plus de sens dans cette société que l'on subit. Lorsque l'on est payé au SMIC, et jusqu'à 2 000€ net(pour les plus
grandes villes, où même les loyers de logements insalubres deviennent inaccessibles) comment peut-on faire pour vivre de son travail?
Avec ce genre de revenu, on survit. Ce qui rapporte aujourd'hui, ce sont les revenus du capital. Donc pour ce point là, comme pour les autres, notre "cher" nabot repassera...

jdor 01/05/2012 09:01



Merci pour ce commentaire. Je n'ai pas pu valider, hier, je n'avais plus accès à l'administratif du blog...