La charge des symboles de la Révolution

Publié le par jdor

Par Jean Dornac

On a beau dire, on a beau faire, mais ce printemps 2012 me rappelle furieusement la Révolution de 1789. Nous retrouvons le même mépris du pouvoir actuel que celui du roi de cette époque. Le peuple ne compte pas, seul les nobles de ce temps et les « amis » de l’actuel temps, comptent.

Comment ne pas voir que les soutiens de Sarkozy se comportent exactement comme les soutiens du roi le faisaient juste avant que tout n’éclate ? Ah, ceux qui se croient importants et puissants ont bien tort d’ignorer l’Histoire. Jamais les faits ne sont identiques, mais l’esprit des événements bégaie, lui.

L’incapacité du pouvoir actuel, imbu de ce qu’il croit être sa puissance, à comprendre les besoins vitaux des citoyens, est si proche de la cécité royale, juste avant la Révolution, que c’en est renversant.

Ce qui m’amuse le plus en ce moment, c’est le lieu choisi par Sarkozy pour son dernier grand spectacle avant le premier tour de la Présidentielle. Il veut la place de la Concorde. Sans doute parce qu’elle est très grande. Mais connaît-il l’histoire de notre pays ? Sait-il, que sur cette place, le 21 janvier 1793, Louis XVI a eu la tête tranchée ?

LouisXVI-Execution.jpgExécution de Louis XVI, place de la Concorde (Wikipédia)

Certes, cette pénible mésaventure ne devrait pas lui arriver, à lui, nous couperons juste les rennes de son pouvoir et le renverrons plancher l’Histoire !

Si Mélenchon…

Et je me prends à rêver qu’un homme comme Jean-Luc Mélenchon soit le prochain Président. Nous serions encore plus proches dans la similitude avec notre célèbre Révolution. Non pas que les têtes, physiquement, tomberaient, mais nous nous retrouverions seuls, en Europe, seuls même dans le monde, tout comme les révolutionnaires le furent. Souvenez-vous de la coalition des royautés européennes contre les révoltés français !

Combattre réellement le néolibéralisme, aujourd’hui, c’est exactement la même chose que de combattre les royautés de l’époque. Financièrement, nous serions attaqués de tous côtés, mais quel exemple brillant, nous serions à nouveau pour les peuples qui crient la famine et la misère !

Une telle situation, une fois que les profiteurs de tous genres se seraient enfuis, trop peureux de perdre les fortunes volées au peuple, réussirait à souder l’âme de notre peuple dans une résistance nécessaire, vitale. Et rien ne dit que nous ne pourrions pas, à notre tour, plus de deux cents ans après, gagner notre bataille de « Valmy » ! Tout sans-culottes que nous soyons !

Statue_de_Kellermann_a_Valmy.jpgStatue de Kellermann à Valmy (Wikipédia)

Nous vivrions une misère plus grande, à n’en pas douter. Mais, franchement, croyez-vous sérieusement qu’il en irait autrement avec l’élection de tout autre candidat n’ayant pas le courage de s’attaquer enfin « au nouveau roi », cette fois du monde, autrement dit le pouvoir de l’argent ?

Cela vaut la peine de réfléchir, non ? Il nous reste une semaine pour choisir le véritable changement, à condition de rejeter la peur ! Aujourd’hui, en ce moment même, tournez la tête vers les plages du Prado, à Marseille, et voyez…

Paris, le 14 avril 2012

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

Nathalie 15/04/2012 17:47

Mélenchon au pouvoir,de quoi rêver!
Mais pourquoi pas ,pourquoi les gens resteraient toujours frileux..
Il nous faut des gens de votre trempe pour que les choses évoluent!
Continuez à dire ce que beaucoup n'ont pas le courage même de penser.

jdor 15/04/2012 17:51



C'est gentil, merci ! Mias je n'ai nul pouvoir...