Le Carré Rouge

Publié le par jdor

Par Jean Dornac

Poème écrit en l’honneur du magnifique combat des étudiantes et étudiants du Québec contre la tentative du pouvoir de leur imposer une hausse des tarifs scolaires, notamment universitaire. Le titre de mon poème correspond au symbole que se sont choisis les étudiants en lutte.


ApVLgJYCIAAtIVB.jpg_large.jpg
© Nathalie Alarie *

 

Je les ai vus se lever, là-bas
Ces jeunes aux ancêtres gaulois
Je les ai entendu crier
Au bord du Saint-Laurent

Ils étaient foule joyeuse
Deux cents milles, nos cousins québécois
Tous étudiants en révolte
Debout contre un pouvoir inique

Un roi de France, jadis, abandonna vos parents
La honte et la tristesse, sur nous s’abattirent
Les deux rives de l’Atlantique
Semblaient à jamais s’éloigner…

Mais par un coquin de sort
Un gros marchand de presse et autres babioles
Sans le savoir ni le vouloir
A su habilement resserrer nos liens

Pour son ego bouffi, son bon plaisir
Et les intérêts supérieurs de sa caste
Il a fait élire chez vous un premier ministre
Chez nous un président, tous deux sans talent

Aux ordres de leur maître, aussi coquins que lui,
A plat ventre devant les financiers de ce bas monde
Et avec le soutien de tant de scribouillards
Ces j’en-foutre pillent sans vergogne nos peuples

Amis, cousins, frères et sœurs du Québec
Montrez encore à la vieille France
Le chemin clair que s’est choisi
La jeunesse au cœur de Montréal

Les temps ne sont durs
Qu’aux lâches et ignorants
Hissez haut le drapeau rouge de votre révolte
Et l’étendard blanc et bleu de votre nation

Devenez l’espérance d’un Monde Nouveau
Où les jeunes se lèvent et crient :
« Liberté ! Enseignement et Culture ! »
Comme dons d’humanité en toute gratuité

L’esprit n’est pas marchandise
Pas plus que la santé ou l’eau
Pas plus que le logement
Où le nécessaire revenu de vie

Ce sont là, les dons de la nature
De l’intelligence et du cœur de nos ancêtres
Ce sont les biens de l’esprit
Et les richesses naturelles

Que nos bourreaux, ces tristes marchands
Pour notre plus grand plaisir, se cassent enfin les dents
Jeunesse brillante du Québec
Entraîne le monde dans ton sillage au goût de Saint-Laurent !

© Jean Dornac
Paris, le 30 mars 2012



* Nathalie Alarie est Québécoise et peintre. Je la remercie pour son autorisation de publier son œuvre avec mon poème.

Publié dans Hommages

Commenter cet article