Les présidentielles approchent ; la censure s’active

Publié le par jdor

J’ai été très choqué, hier soir, d’apprendre que Chimulus, Roxx, Patfawl et Bouffon du Roi, tous dessinateurs satiriques connus, avaient été censurés. Plus exactement, sans avertissement, leurs pages Facebook ont été désactivées.

C’est sur lepost.fr que j’ai appris cette information. Si j’ai été choqué, pour autant, je n’en suis pas étonné.(http://www.lepost.fr/article/2011/09/04/2581976_facebook-s-en-prend-aux-dessinateurs-satiriques.html )

L’atmosphère, en France, devient de plus en plus irrespirable pour qui aime la liberté, l’égalité, la fraternité. Notre devise est de plus en plus malmenée et vidée de sens depuis que Sarkozy joue les premiers rôles dans notre pays.

Photo : Geoffrey La Rocca

nicolas-sarkozy-mark-zuckerberg-facebook-hoodie-eg8.jpgBien entendu, rien ne prouve que la désactivation-censure des pages Facebook de ces quatre dessinateurs satiriques ait été ordonnée par l’Elysée. On est en droit, cependant, de se poser la question. Il se trouve que Nicolas Sarkozy s’est très bien entendu avec Mark Zuckerberg lorsqu’ils se sont rencontrés en mai dernier. N’ont-ils pas un profil similaire de grands prédateurs voulant tout dévorer autour d’eux ? Par ailleurs, souvenons-nous que Sarkozy et ses zélateurs de l’UMP aimeraient bien contrôler internet… (Lire aussi : http://www.etat-critique-blog-politique.com/article-sarkozy-a-bas-la-liberte-du-peuple-81292691.html et http://www.etat-critique-blog-politique.com/article-sarko-et-internet-la-honte-81898968.html )

Ne nous sommes nous par rendus compte combien Sarkozy qui disait lors du procès des caricatures contre Charlie Hebdo « Je préfère un excès de caricature à un excès de censure » avait bien changé d’attitude, ces dernières années ? Souvenez-vous de Stéphane Guillon et Didier Porte, limogés, sinon sur ordre de l’Elysée, du moins parce que ces chroniqueurs impertinents dérangeaient sérieusement « le château ». Que ce fut un ordre venu d’en haut ou un acte de complaisance des dirigeants de France Inter envers « le maître », le résultat est le même, tout aussi détestable.

Et puis, il ne faudrait surtout pas oublier qu’au cours de l’affaire Bettencourt, l’an dernier, il est avéré qu’un journaliste du Monde a été « écouté » par les Services de l’Etat… On dit aussi que, jamais, il n’y a eu autant d’écoutes de nos téléphones…

Evidemment, lorsqu’on veut garder le pouvoir, et qui peut douter que c’est la volonté de Nicolas Sarkozy, qu’en même temps les sondages montrent que le peuple français rejette dans une large majorité cette prochaine candidature, il mette tout en œuvre pour désarmer les oppositions ? Ce n’est pas démocratique, mais qu’y a-t-il encore de démocratique dans un pays qui fait une longue chasse aux Roms, qui est incapable de rester une terre d’accueil, ce qui fit, plusieurs décennies, ma fierté d’appartenir à un tel pays ?

Quant à Facebook… Est-il crédible ? Pourquoi faut-il s’en méfier ?

J’ai, moi aussi, une page Facebook. Mais, allez savoir pourquoi, je n’ai jamais eu confiance. J’ai donné le moins de renseignements possibles et ne cherche pas à avoir des « amis » en grand nombre. Peu me chaut, donc, qu’un jour, les amis ou employés de M. Zuckerberg désactivent ma page. C’est comme si c’était déjà fait, mais par moi-même.

Dans le cas de nos amis dessinateurs satiriques, Facebook pourra invoquer, pour justifier la désactivation, l’utilisation de pseudonymes. Mais qui croira à un prétexte aussi loufoque dans le cas de ces artistes ? D’autres, comme je l’ai lu ce matin encore, diront qu’il suffit de dix messages signalant le mécontentement de certains visiteurs pour qu’un compte soit désactivé. Mais dans ce cas, comment douter que ce sont des partisans de l’actuel Président qui auront fait cette basse œuvre, ce qui, au final, revient toujours à une censure d’Etat. 

On peut se poser la question de l’intérêt qu’a Facebook de censurer des dessinateurs satiriques en France. Les liens « d’amitiés » tissés entre Zuckerberg et Sarkozy peuvent déjà être l’un des arguments de justification. Il semblerait, cependant, que ce « réseau social » ait prévu des complicités possibles avec les institutions gouvernementales, et ceci est même écrit dans les CGU du site :

« le réseau social se réserve le droit de communiquer nos données à des tiers "may share your information with third parties, including responsible companies with which we have a relationship". »

« Facebook indique clairement la possibilité de transférer les données à des agences gouvernementales : "this may include sharing information with other companies, lawyers, agents or government agencies". »
Et même :

« en utilisant Facebook, vous consentez à transférer vos données personnelles aux Etats-Unis : "By using Facebook, you are consenting to have your personal data transferred to, and processed in, the United States." »

(Sources : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/facebook-serait-il-au-service-de-33214 )

En conclusion :

http://www.come4news.com

censure.jpgIl faut espérer que la censure exercée contre les quatre dessinateurs sera rapidement connue du grand public et, pourquoi pas, même par les medias dits « officiels ». C’est un acte très grave qui peut en annoncer d’autres, plus violents encore.

Par principe et par raison, il faut lutter contre toute forme de censure, celle-ci étant la marque la plus évidente d’une démocratie malade, voire d’une dictature déjà installée. Nous devons, c’est un devoir de citoyen, montrer notre solidarité avec les victimes de la censure.

Jean Dornac
Paris, le 6 septembre 2011

Publié dans Sarkozy & Cie

Commenter cet article

Libre Plume 07/09/2011 11:16


Oui, cette année va être dure car la droite dure se déshinibe elle aussi. Les mots limite xénophobe fusent et il y a une lepénisation très nette qui se met en place. La droite modérée n'existe plus
en France.
La censure n'en sera que le prolongement.
Censurer des carricaturistes, c'est, fondamentalement censurer la liberté d'expression (historiquement ça rappelle ceux qui voulaient censurer les pamphlets qui circulaient sous le manteau dans les
rues de Paris au XVIIIème siècle). Si ces censures ne sont pas justifiées (atteinte à la loi par exemple) alors, oui, nous avons de quoi nous inquiéter pour la liberté d'expression.


jdor 07/09/2011 11:41



Oui, je vous confirme que ces dessins, à tout le moins ceux de Chimulus que je connais bien et que j'ai publié depuis des années lorsque je m'occupais encore d'altermonde, n'a pas contrevenu à la
loi. C'est donc bel et bien un acte de censure révoltant. Nous pouvons nous attendre à tout, y compris au pire...