Magnifique Québec, où l’espérance à l’Ouest

Publié le par jdor

Je ne peux m’empêcher de relater ce qui se passe au Québec depuis plusieurs semaines. Nous pouvons, si nous le voulons, assister au Réveil d’une Nation, Nation niée depuis tellement longtemps ! Pour ma part, je trouve cela extraordinaire, je suis convaincu que c’est l’un des événements majeurs en cette année et même en cette décennie. ( Jean Dornac)


La bannière de @greenpeaceQCpour une manifestation historique 

ArIOdnxCAAAeRUA.jpg

 


Le Jour de la Terre interpelle la classe politique

Par Maxence Knepper Métro

gmh102027158_high_002.jpg

La manifestation festive de dimanche a laissé place aux revendications environnementales. Les organisateurs du Jour de la Terre ont interpellé lundi, la classe politique québécoise et canadienne.

« Le Québec respire un peu mieux depuis [dimanche], mais le rassemblement du 22 avril n’est que le début de notre action et les citoyens doivent s’approprier ce mouvement », assure Nicolas Mainville, responsable de Greenpeace Québec.

Fort d’une participation remarquable à la manifestation de dimanche, les organisations environnementales souhaitent qu’Ottawa et Québec donnent suite aux demandes formulées dans la déclaration du 22 avril, qui a été signée par plus de 52 000 personnes. L’objectif du rassemblement est désormais de porter devant le gouvernement ces résolutions.

« Nous n’acceptons toujours pas que le Canada soit en queue de peloton de Kyoto », affirme Steven Guilbeault, fondateur de l’organisation Équiterre.

Les organisateurs demandent donc au gouvernement de Stephen Harper que le Canada s’engage à nouveau dans le protocole de Kyoto et qu’il cesse de subventionner les compagnies pétrolières et gazières.

Par ailleurs, ils s’adressent aussi au gouvernement de Jean Charest afin qu’il révise les objectifs de son Plan Nord.

« Les Québécois ont montré leur ras-le-bol face à la stratégie du Plan Nord de Charest, déclare Patrick Bonin de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA). Le premier ministre est en train de vendre un plan agressif pour la province. »

Si le bilan climatique du ministre de l’Environnement Pierre Arcand a été salué, la tiédeur du gouvernement quant à la préservation des forêts et le manque d’opposition claire à l’exploitation du gaz de schiste, du pétrole et de l’uranium ont été soulignés par les différentes associations.

 


Rassemblement historique du 22 avril : les unes du 23 qui vont passer à l’Histoire… « Le Globe »

Unes-23-avril-La-Presse-Journal-de-Montreal-2-1024x764.jpg

 


 

Rassemblement monstre pour la planète

Caroline Lévesque | 23 avr 2012

C’est un rassemblement gigantesque qui a eu lieu hier à Montréal pour souligner le Jour de la Terre. Tous les citoyens et citoyennes du Québec étaient conviés à 14h à ce rendez-vous qui avait comme point de départ la Place des Festivals, pour ensuite se terminer au pied du mont Royal, au parc Jeanne-Mance.

Evenements-2331-1-1024x544.jpgPhoto : Josie Desmarais

Malgré une absence de soleil et un vent frisquet, syndicats, groupes environnementaux, regroupements de biologistes, citoyens, étudiants, familles et bébés arborant le carré rouge s’étaient regroupés par centaines de milliers. Des gens de partout au Québec étaient sur place, tel qu’écrit sur certaines pancartes qui affichaient des villes et municipalités comme Sept-Îles, Gaspé, Havre-Saint-Pierre, l’ile d’Anticosti, Amqui, Bécancour, etc.

Le trajet, relativement court, avait pour but que les participants à cette marche festive et familiale se réunissent aux environs de l’avenue du Parc pour former « le plus grand arbre au monde ». Les organisateurs ont pris soins de diriger les gens sur les lieux afin qu’ils s’immobilisent chacun dans une branche délimitée par des bénévoles. Des photos aériennes ont ensuite été prises par les hélicoptères qui survolaient l’emplacement, ainsi que les nombreux photographes perchés en hauteur.

Vers 15h30, le peintre et réalisateur d’origine allemande Frédéric Back, connu internationalement pour son film d’animation L’homme qui plantait des arbres, s’est lui-même exécuté de manière symbolique en mettant en terre un chêne. La foule s’est dispersée par la suite pour se rassembler autour de la scène où plusieurs représentant-es d’organisations y prenaient un tour de parole dont plusieurs de peuples autochtones. La CSN, Greenpeace, Équiterre, l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) étaient présents sur scène, devant un public attentif et silencieux. Mes Aïeux, Pierre Lapointe et Arianne Moffatt et des groupes de chanteurs et chanteuses autochtones ont aussi montés sur scène le temps d’une chanson.

Vers 16h45, alors que le spectacle était déjà commencé depuis une heure, les organisateurs, visiblement enthousiasmés par la foule, ont avancé le nombre de 300 000 personnes sur place.

Il y avait en ce jour chez les citoyens une multitude de dénonciations, notamment contre le Plan Nord, l’exploitation des ressources naturelles au Québec, les gaz de schiste, le pétrole d’Anticosti et le retrait du protocole de Kyoto pour le Canada. Plusieurs messages ont été lancés directement à Jean Charest et à Stephen Harper pour dénoncer leur fermeture quant à la protection de l’environnement.

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) était entre autres sur les lieux. La porte-parole de la FNEEQ, une enseignante en philosophie au collégial, nous a expliqué leurs revendications et les liens de solidarité que le syndicat tisse avec le reste de la société : « Nous sommes là pour un monde meilleur, pour un monde plus juste. Nous ne sommes pas certains que Plan Nord soit une bonne idée notamment pour les peuples inuits et amérindiens. Nous croyons que la terre appartient avant tout à ceux qui y habitent, et non pas seulement aux compagnies qui font de l’argent sur le dos de tous. Nous voyons la montée des gouvernements de droite partout au Canada, au Québec et ailleurs dans le monde où les débats ne se font pas, où personne n’est consulté.  Nous pensons aussi aux compagnies minières au Congo où le Canada se trouve et qui est très contesté. Nous nous demandons qu’est-ce que ça prend pour que des gens allument et que nous fassions de vrais débats sociaux. C’est une question de justice sociale, et actuellement nous remettons en question nos droits fondamentaux. »

Ambiance festive, pancartes bouffonnes et créativité étaient des éléments qui ressortaient de cette gigantesque manifestation.  Un kiosque était aussi sur place pour imprimer gratuitement la phrase « printemps érable » sur les chandails de ceux qui en manifestaient leur intérêt.

http://www.pieuvre.ca/2012/04/23/22-avril/img_2331-1

Publié dans Actualités

Commenter cet article

clovis simard 27/04/2012 21:42

Blog(fermaton.over-blog.com),No-19: PLAN NORD - L'AVENIR DU PLAN NORD DE CHAREST