Obliger toutes les gauches à bouger en votant Front de gauche !

Publié le par jdor

 par Paul Ariès - 16 avril 2012

Paul Ariès : Directeur du Sarkophage - Auteur du socialisme gourmand (la Découverte, 2012)

arton5597-73a97.jpg

Le succès de l’appel pour un Front de gauche antiproductiviste et Objecteur de croissance - dont témoigne l’extrême diversité des signataires, Objecteurs de croissance historiques, militants du Parti de Gauche et du Parti Communiste Français, militants écologistes et associatifs, etc.- montre que la campagne du Front de gauche est résolument tournée vers le futur, vers le mariage du rouge et du vert, qu’elle n’a vraiment rien de nostalgique, qu’elle doit tout au contraire aux attentes des milieux populaires, aux expériences du Buen-Vivir amer indien, à un socialisme gourmand à venir. Notre initiative fait débat au sein des forces de gauche et de l’écologie et c’est très bien ainsi. Tout n’est pas encore gagné, loin s’en faut, mais nos thèses antiproductivistes ont désormais droit de cité. Nous devons cependant peser dans les semaines à venir pour faire progresser cette nouvelle gauche.

Face à cette prétendue « Union nationale » qui se profile entre la droite, le centre, une partie de l’extrême-droite et des ex-« socialistes » comme Claude Allègre, le seul chemin de la mobilisation électorale est « à gauche toute ! », c’est aussi celui d’un antiproductivisme assumé. Plus les suffrages du Front de gauche et de son candidat Jean-Luc Mélenchon seront importants, plus le « front de gauche antiproductiviste et objecteur de croissance » sera présent dans cette victoire, plus nous aurons l’espoir d’une campagne victorieuse à gauche lors du second tour des élections. On ne mobilisera pas le peuple de la gauche écologiste avec les recettes du social-libéralisme productiviste. J’appartiens certes à ce peuple qui votera coûte que coûte pour battre Sarkozy mais je sais cependant qu’on ne gagne pas une élection présidentielle en faisant voter par dépit ou par défaut. Il sera donc de la responsabilité du candidat anti-Sarkozy de créer une véritable dynamique.

Aujourd’hui, du point de vue des gauches antiproductivistes, cette dynamique positive n’est vraiment pas du côté du PS, dont le candidat se présente comme celui d’une croissance économique bonne à tout faire. La seule façon qu’aurait François Hollande de convaincre l’électorat antiproductiviste partisan d’une gauche de rupture d’avec le capitalisme, serait de nous donner des signes forts. Mais la seule façon d’obtenir ces signes forts du Parti Socialiste et de son candidat François Hollande, c’est que les suffrages en faveur des gauches antiproductivistes et sociales soient les plus élevés possibles. C’est la seule façon pour que nos thèses puissent peser sur le candidat anti-Sarko au second tour. Je ne suis pas certain qu’on puisse faire bouger Hollande et le Parti socialiste mais je suis convaincu qu’on ne fera pas bouger Hollande en votant au premier tour pour lui ou en s‘abstenant. Je sais aussi que nous sommes nombreux à faire de l’élection un instrument parmi d’autres.

La meilleure façon de voter c’est donc de voter le plus rouge et vert possible lors du premier tour, cela aura ensuite malheureusement probablement le temps de pâlir…sauf si on s’y met vraiment tous ! Le Sarkophage, journal des gauches antiproductivistes, publie donc ce 15 avril un Hors série vraiment exceptionnel sous le titre « On change tout ! » Ce sont ces 32 thèmes que nous entendons faire gagner dans les semaines à venir. C’est un appel à toutes les gauches. C’est un appel à notre candidat, Jean-Luc Mélenchon. Engageons le débat sur la réduction drastique des inégalités sociales, sur les 32 heures tout de suite, sur l’obtention d’un revenu garanti et de la gratuité des services publics, sur la reconnaissance de la « règle verte » et la planification écologique, sur la justice écologique mondiale, sur la nécessité d’abolir la propriété privée lucrative, sur la nécessité de fermer la Bourse, sur un principe constitutionnel de juste répartition de la richesse, sur la nécessité de changer la distribution et le commerce, sur de nouveaux indicateurs pour une société du Bien-vivre, sur l’annulation des dettes illégitimes, sur le désarmement nucléaire unilatéral, sur une société sans prison, sur l’égalité des sexes et la fin du genre, pour une reconnaissance des droits de la nature (un « pachamama » à la française), etc.

Peu nous importe, ici, les choix électoraux des auteurs de ces textes. Ce dont je suis en revanche sûr, c’est que la vraie victoire, celle qui permettrait de changer la vie, celle qui permettrait de changer de société, est au prix des mutations profondes qu’ils appellent. Et ce n’est pas triste ! Ce que j’attends des candidats opposés au sarkozysme de droite comme de gauche, c’est qu’ils se prononcent en faveur de ces thèses, qu’ils acceptent d’ouvrir le débat, c’est qu’ils reconnaissent leur centralité pour construire une nouvelle gauche écologiste et émancipatrice. Les Objecteurs de croissance issus des différentes gauches ne seront certes jamais les compagnons de pédalo de François Hollande. Nous espérons que les gauches ne le seront pas. Nous n’envisageons nullement de soutenir son gouvernement s’il devait être présent au second tour puis l’emporter : il faudrait, pour cela, que le Parti socialiste accomplisse une double révolution, qu’il redevienne un parti de gauche, qu’il réalise enfin sa mue antiproductiviste et écologiste.

Chacun admettra que ce n’est pas gagné ! Mais battre Sarkozy est aussi une ardente obligation…Nous ne battrons cependant Sarkozy que si le Vote « Front de gauche », que si le vote Mélenchon est assez fort pour contraindre à bouger la gauche molle, la fausse gauche, l’écologie européaniste libérale.

Découvrez les patrimoines et les revenus des candidats à la Présidentielle sur Voila.fr

Source : http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5597

Publié dans Actualités

Commenter cet article

La Bonne Fée 18/04/2012 19:42

Bel article :)

Un bémol tout de même : j'ai peur que le mot "antiproductivisme" fasse peur, justement ^^'
Les personnes les moins bien informées penseront sûrement que le Front de Gauche est "contre toute production", or évidemment ce n'est pas le cas ;)
(faut bien manger, fournir de l'énergie etc)

Perso je sais bien ce que recouvre le concept d' "antiproductivisme", et je sais donc que ce N'EST PAS l'arrêt de toute production ^^ pour autant je trouve le terme assez mal choisi.

Pour ma part, je préfère les mots "production raisonnée", ou des trucs comme ça, histoire de rappeler que le problème ce n'est bien sûr pas la "production" en soi, mais les modes de production, le
système de production, et évidemment la répartition des productions et des richesses.

Bref, avant de produire quelque chose il faut se poser les questions suivantes :

- d'où ça vient ?
C'est-à-dire d'où viennent les matières premières, sont-elles renouvelables ou non, etc.

- comment on le fabrique ?
C'est-à-dire comment on le fabrique avec le moins de nuisance possible pour l'environnement - et pour les salariés ;)

- comment on le recycle / retraite les déchets ?
Ben là, heu, c'est clair il me semble ^^ Que fait-on du produit une fois qu'il n'est plus utilisable, comment on organise la récupération de ces déchets et leur retraitement ou recyclage (idem, en
créant le moins de nuisances possibles à l'environnement et aux droits/acquis sociaux)

Le but étant de repenser entièrement à la fois le système de production ET de la consommation (se réhabituer à manger des légumes de saison au lieu d'en faire importer qui sont produits à 8000km de
là, etc), pour arriver à un système qui - à défaut d'être parfait - serait le plus parfait que possible ^^ ce qui est déjà pas mal ;)

PS : Les Fées encouragent grandement votre (actuelle, future?) révolution économique et écologique, sachez-le ! :) Courage les zhumains !, vous pouvez y arriver !

(non, nous les Fées on ne peut malheureusement rien faire pour vous : pire, notre destin est entre vos mains ! Alors déconnez pô hein...)