Possible nausée, dimanche 6 mai, à 20 heures

Publié le par jdor

Par Jean Dornac

Pour ceux qui me connaissent pour me suivre depuis longtemps, si je parle de « possible nausée dimanche 6 mai », c’est évidemment au cas où Sarkozy serait réélu !

Pour l’heure, même si Hollande a encore une confortable avance, rien ne dit que tout ce que notre pays contient de racistes, de peureux indécrottables, de réactionnaires haineux, ne va pas se réunir, au dernier moment, pour provoquer, chez moi et beaucoup d’autres, une profonde nausée !

Le sondage d’hier, 30 avril, même s’il faut rester extrêmement prudent quant au sérieux de ces « trucs », montre une perte d’un point pour Hollande (à 53%) et un gain d’un point pour Sarkozy (à 47%). Ceci montre au moins qu’il a réussi, par son inacceptable campagne de la semaine passée, à reprendre une part de l’électorat de Marine Le Pen. Ces discours haineux ne peuvent que plaire à ces derniers.

Si Sarkozy, pour le malheur de la France, devait l’emporter dimanche, n’en doutons pas, cette fois, le nouveau quinquennat sera celui de la haine de l’autre, de l’opposant, de l’étranger et de tout ce que le pays comporte de pauvres, de chômeurs, de malheureux. Cet individu est parfaitement incapable d’unir notre pays ! Il a été et reste le « Président des riches ». Et cela ne pourra que s’accentuer s’il est réélu. Que sont naïfs ceux qui croient le contraire ! A présent, il est de plus et pour notre malheur, le « Président de la haine » !

Ce 1er mai sera à marquer d’une pierre très noire. A Paris, il y aura deux manifestations de partis extrémistes et haineux. Le Front National, du côté de l’Opéra où la fille de Jean-Marie le Pen espère bien réunir une grande foule et au Trocadéro ou Sarkozy compte célébrer la fête du « Vrai travail ». Notion abjecte destinée à racoler une part des voix de Jean-Luc Mélenchon et bien sûr la plus large possible des voix de Marine le Pen. Nul doute que les nostalgiques de Vichy, il en reste, seront enthousiastes !…

Si tous ces gens réunis réussissent à faire réélire Sarkozy, ce dimanche à venir, nous sommes en droit, nous qui sommes encore civilisés, de craindre le pire. Sarkozy aura alors les mains libres pour imposer sa volonté, et seulement elle, ne craignant plus la sanction des électeurs. Pire, je ne crois tellement pas dans l’esprit démocratique de ce personnage, que je ne serais pas étonné que, durant un nouveau mandat, il ne chercherait pas à changer la Constitution pour obtenir un mandat supplémentaire, voire se faire élire à vie. Certains se moqueront de moi en lisant cela, mais c’est oublier que notre pays a connu pas mal d’aventures de ce genre… Ce changement de Constitution aurait l’avantage de lui éviter, entre autres, les poursuites judiciaires qui l’attendent lorsqu’il n’aura plus aucun rôle politique. Pas besoin de citer les affaires en cause, nous les connaissons toutes…

Je suis persuadé, par ailleurs, que la liberté d’expression des opposants, de nous tous, les internautes avec nos sites, nos blogs, twitter, sera réduite voire supprimée. Dans nos fantaisistes démocraties, les internautes sont une force d’opposition qui agit comme un violent urticaire chez tout aspirant dictateur !

Pour éviter cette « déferlante » de haine qui nous attend, que ce soit du côté du FN à la sauce nouvelle ou de Sarkozy et son clan malfaisant, je crois que notre seule chance, aujourd’hui, est de voter en masse contre ces deux dangers. Même sans enthousiasme, sans illusions, il faut que les républicains, les démocrates et tous les humanistes votent Hollande dimanche prochain. Même si ce dernier n’est pas le candidat de nos rêves, il nous faut au moins chasser celui qui est notre cauchemar !

Ce Président honni a dit un jour : « La France tu l’aimes ou tu la quittes ». J’ai toujours aimé mon pays pour tout ce qu’il représentait d’humanisme, de volonté de chasser les pouvoirs indignes, pour ses capacités d’accueil, pour ses merveilleux artistes en tous domaines. Mais, la France façon Sarkozy, non, je ne peux pas l’aimer, car ce n’est pas mon pays, cette chose ! Ce n’est plus qu’une triste caricature où l’humanisme comme la culture n’ont d’intérêt que pour récolter des voix !

Alors, si cet individu devait être réélu, oui, j’espère bien que je pourrai quitter ce pays qui ne correspond plus à rien dans mon cœur tant il a été défiguré. Je sais une terre d’espérance, le Québec, mon cœur se tourne de plus en plus vers lui, si, tout au moins, j’ai une chance d’y être accueilli…

Paris, le 1er mai 2012

 

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

denise bernhardt 01/05/2012 17:59

J'ai peur aussi, et je n'ai pas la chance d'avoir une destination pour quitter la France.
Nous voici avec DEUX FRONTS NATIONALS C4EST TROP
INTOL2RABLE;

jdor 01/05/2012 18:06



J'ai peu de chance, en tant que retraité, d'émigrer au Québec, malheureusement... Donc, la lutte continue tant qu'il me restera un peu de forces, très rares ces tous derniers temps... Je
t'embrasse, chère Denise.