Quand les Anglais parlaient... français !

Publié le par jdor

et de quelle façon la langue anglaise s’est construite à partir de plus de dix mille mots français

 

 Par Marie-Hélène Morot-Sir

Tribune libre de Vigile
jeudi 22 octobre 2009


A cette époque-là, en 1066, Guillaume duc de Normandie revendique le trône d’Angleterre, à la mort d’Edouard II le Confesseur qui, n’ayant pas de descendance directe, l’avait désigné comme son successeur au trône, plutôt que son cousin Harold Godwinson, anglo-saxon. Harold était venu en Normandie pour rencontrer Guillaume, une célèbre tapisserie de Bayeux rappelle cette rencontre, au cours de laquelle Harold aurait prêté le serment de ne pas disputer le trône à Guillaume, après le décès d’Edouard II ... Pourtant le 5 janvier 1066, lors du décès de ce dernier, c’est Harold qui s’y installe à sa place, alléguant qu’en fait ce jour-là en Normandie, il n’avait fait qu’une vague, très vague promesse…

Guillaume lui déclare aussitôt la guerre, afin d’aller reprendre ce qui lui revenait de droit. Après de nombreux épisodes, les Normands débarquent le 29 septembre 1066 à Hastings, où une grande bataille a lieu le 14 octobre suivant, Harold est mortellement blessé provoquant la fuite des anglo-saxons... La victoire est éclatante, la Conquête de Guillaume est telle qu’il prend alors le nom de Guillaume le Conquérant, au moment où il est sacré roi d’Angleterre à Noël 1066.

Guillaume amène avec lui à la cour de Londres, de nombreuses personnalités comtes, ducs et autres nobles français et c’est ainsi que le français devient la langue officielle de l’Angleterre et le restera pendant plus de trois cent ans, d’autant que sur la terre de ce pays aucune langue officielle n’existait alors. Plusieurs tribus germaniques du sud du Danemark, appelées les Angles, s’étaient installées sur ce territoire au Vème siècle, il était devenu la terre des Angles = England.

Les enfants de l’aristocratie anglaise apprirent le "françois", probablement jusque vers le milieu du XIVe siècle. Ainsi, dans ses célèbres Contes de Canterbury écrits vers 1380, Geoffrey Chaucer (v. 1343-1400) met en scène une prieure qui s’efforce d’avoir les belles manières de la haute société anglaise en parlant le "françois" :

Elle avait pour nom Dame Eglantine,
chantait merveille hymnes et cantiques,
elle parlait un français des plus raffinés
le français qu’on apprend à Stantford...

Cette ville de Stratford-atte-Bow était située près de Londres et on y apprenait en effet le "françois d’Angleterre"… En même temps, il se développe de nombreux écrits en français, des traités spécialisés, que ce soit sur la médecine, les mathématiques ou la religion. C’est pourquoi l’on observe encore aujourd’hui, les nombreux mots d’origine française, qui émaillent toutes ces différentes disciplines.

L’Histoire du passé de ces deux pays, la France et l’Angleterre est intimement liée pendant tous ces siècles-là, à travers des conflits armés, certes, mais principalement à cause des familles royales elles-mêmes qui sont alors étroitement imbriquées pour ces rois, de même pour les mariages puisque des filles de France épousaient des rois anglais dont aucun d’ailleurs ne parlait anglais, tous parlaient français. Le français a été la langue maternelle des rois d’Angleterre jusqu’à Richard II.

En 1328, une autre grosse dispute eut lieu pour la succession du trône de France, cette fois ! Le dernier des Capétiens (Charles IV) venait de mourir sans héritier. Le roi d’Angleterre Édouard III fit valoir ses droits à la succession, en effet il était le fils d’Isabelle de France donc petit-fils de Philippe le Bel. Pourtant Philippe VI de Valois (qui régna de 1328 à 1350) fut préféré par les Français, en vertu de la loi salique. Lui aussi était parfaitement légitime pour cette succession, puisqu’il était le neveu de Philippe le bel, le fils de son frère, Charles de Valois.

Edouard III rageait donc de l’autre côté de la Manche, il fit alors refaire en signe de protestation, ses armoiries, qui comprirent désormais outre les lions(1) rampants anglais, les fleurs de lys de France puisqu’il revendiquait les deux royaumes… Comme tous les rois d’Angleterre il ne connaissait ni ne parlait anglais.

Depuis Henri II Plantagenêt(2) et son mariage avec la puissante duchesse Aliénor d’Aquitaine, les Anglais possédaient cette région. Edouard était donc également duc d’Aquitaine et à ce titre vassal du roi de France ce qui le contrariait beaucoup, il ne voulait pas lui rendre "l’hommage lige", il revendiquait la couronne de France, alors que les Français invoquaient toujours la fameuse loi salique qui écartait systématiquement les femmes du trône, craignant par les mariages de voir arriver un étranger à leurs côtés… ou carrément s’emparer de la couronne !...

En mai 1337, au moment où eut lieu la confiscation du duché d’Aquitaine, cela mit "le feu aux poudres" et Edouard III en profita pour déclencher la guerre à la France dans le but de faire enfin reconnaître ses droits. C’est donc ainsi que commença une guerre longue de cent ans et un peu plus d’ailleurs, puisqu’elle se termina seulement en 1453. Elle fut parsemée de batailles sanglantes, de prises de territoires et de reprises, tout cela entrecoupé de trêves et de traités aussi divers que variés ! Y compris même l’emprisonnement à Bordeaux du roi français Jean le Bon, pour la rançon duquel la monnaie du franc or fut émise spécialement en 1356. Ce franc représentait le roi français à "cheval galopant", l’épée haute, avec une côte d’armes entièrement fleurdelysée.. "Francorum Rex".

22-125px-England Arms 1340.svg-1-31d44Le 17 juillet 1453 le roi de France Charles VII remporte à Castillon la célèbre victoire sur les Anglais, c’est une défaite accablante pour eux et la fin de cette période marquera non seulement la fin du Moyen Age mais fera prendre conscience du nationalisme à ces deux pays, qui jusque-là avaient nombre d’intérêts communs.

Les Anglais sont définitivement chassés hors de France après leur retentissante défaite de Castillon, ils traversent la Manche pour de bon cette fois, et dès ce moment-là, le sentiment national se resserre davantage. Depuis 1361 Edouard II avait commencé à penser qu’il ne pourrait jamais monter sur le trône de France, il avait alors décrété la langue anglaise langue officielle, afin de consolider ses conquêtes continentales. Le "Statute of pleading" établit d’abord l’anglais comme langue des tribunaux, car l’usage du français subsistera encore longtemps…

Les Anglais choisirent une devise française " Honi (avec un seul "n") soit qui mal y pense"

Peu à peu l’anglais se démarque des langages germaniques par cet ajout massif de mots français, auxquels se rajoutèrent au cours des siècles suivants, bon nombre de mots divers, empruntés à des langues de différents pays, tout en simplifiant au maximum la structure de la syntaxe et de la grammaire… et devient la langue que nous connaissons de nos jours .

***

 

22-honi-9a85f.jpg1 - Les trois lions couchés viennent de l’héraldique français : Les deux lions du duché de Normandie de Guillaume le Conquérant et le troisième lion provient du duché d’Aquitaine avec Henri Plantagenêt

2 - Son père français était le duc d’Anjou, il portait toujours un brin de genêt à son chapeau, il avait épousé Mathilde fille de Guillaume le Conquérant

 

Sources : http://www.vigile.net/Quand-les-Anglais-parlaient

Publié dans Culture

Commenter cet article

Libre Plume 03/09/2011 20:30


Oui, bien sûr, héritage non pas français, mais d'une langue romane et germanique (venue des tribus nomades d'Europe de l'est).
Les mots d'origine française (romane) exprime le produit raffiné d'ailleurs en général et le mot germanique la matière première, si on peut dire. Ainsi : a calf (le veau -dans le pré) et "veal"
(veau dans l'assiette) ou encore, "grape" = le raison dehors, mais "raisins" est devenu le raison de Corinthe ... et bien d'autres exemples.
Le français a aussi hérité de mots du monde entier. C'est bien cela. Une langue est un outil vivant, reflet d'une culture. Elle n'est jamais à l'arrêt. Alors autant profiter de tous ces mots qui
nous viennent des quatre coins des horizons. Cordialement.