Rififi à Marseille au « campus » UMP

Publié le par jdor

Pauvre monsieur Copé qui priait le ciel afin que l’unité de son parti politique, pardon, du parti de Nicolas Sarkozy, éblouisse tous ces baudets de Français qui allaient le contempler comme un miracle d’unité ! Ce fut raté, et d’entrée !

http://poitou-charentes.france3.fr

JP_RAFFARIN.jpgUn ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, pour ne pas le nommer, du centre de la droite, enfin, je veux dire, de la droite du centre, et puis zut, homme de droite, premier vice-président du Conseil national de l’UMP, soutient affiché du Pdg de la France, a piqué sa petite colère. Il faut dire que le Pdg, lui avait joué un coup de Trafalgar en augmentant les taxes sur les parcs à thèmes. Or, ce bon monsieur Raffarin, tient à ce que son parc du Futuroscope reste accessible aux familles modestes.

Nicolas Sarkozy ayant dit et redit qu’il n’était pas question de revenir sur cette taxe, excédé comme à son habitude, Sarko boule de nerf, à traité, durant un petit déjeuner élyséen, et en son absence, le dit ancien Premier ministre « d’irresponsable »… Aie, ça fait désordre… L’homme de la Vienne n’a pas apprécié, mais alors, pas du tout et l’a fait savoir sur toutes les ondes et papiers de France et de Navarre ! Il a même sérieusement menacé de ne plus participer aux petits déjeuners de l’Elysée ! Quelle tragédie pour la République !

Sans doute pour soigner un peu plus encore l’esprit d’Unité au sein de l’UMP, Lionnel Luca, ci-devant député des Alpes-Maritimes, appartenant à l’extrême-droite de l’UMP, « la Droite populaire », a lancé contre Jean-Pierre Raffarin plusieurs amabilités. Il l’a traité de « ringard » et « stupide » avant de crier, tel un député de la Convention, genre Danton s’écriant que « la Patrie est en danger » : « Il faut que ça cesse ! ». Et de toute sa fougue révolutionnaire (de droite toute, tout de même) : « On ne demande pas des comptes au président de la République, franchement soyons sérieux ! » Lionnel Luca aurait même susurré à l’oreille d’un journaliste d’Europe 1 : « Raffarin est un has been, il devrait rester en Chine » Ah oui, pauvre, pauvre Monsieur Copé !!

Dire que quelques instants plus tard, celui-ci s’est cru obligé de dire en tribune : « La presse nous caricature en disant qu'à l'UMP il y aurait un combat entre les centristes et la Droite populaire... J'ai besoin de vous pour tordre le coup à cette caricature ! » Que voulez-vous, tout est toujours la faute de la presse…

On n’allait pas tarder à apprendre, plus tard, que le chêne (en toc) Sarkozy s’était fendu devant le roseau Raffarin ! Une fois de plus ! La taxe qui ne devait surtout pas être supprimée, l’a été ! Morale de l’histoire : Raffarin participera à nouveau aux petits déjeuners républicains (ils doivent être plutôt bons…) et il est arrivé, tout sourire au grand raout UMP marseillais ! L’honneur est sauf… sauf que… La France, pas sourde, pas idiote, a vu, a entendu et a bien rigolé… Bon prince, Jean-Pierre Raffarin a rassuré le peuple de France en assurant qu’il n’était pas en colère ! Ouf !

Festival de petites phrases

http://www.20minutes.fr

article_photo_1290166892235-1-HD.jpgPatrick Devedjian, qui fût, un temps, l’ami de Sarkozy, qui a eu le « culot » de participer au livre « Sarko m’a tuer » a, quant à lui « regretté l’absence d’un grand projet de société » tout en ajoutant, peut-être malicieusement que « la présidentielle sera difficile ». Sans doute peu satisfait de l’ambiance du campus à son égard, il a encore ajouté, en marge des débats « C’est l’université d’été ou la caserne ? »… Il faut dire tout de même qu’il a dû en vexer plus d’un, à Marseille en disant : « Il faudra proposer un projet profondément novateur qui réponde aux angoisses d’une société bouleversée par la mondialisation ». Phrase qu’on peut traduire par un cinglant « Qu’est-ce qu’il fout à l’Elysée ? »… Oh oui, pauvre, pauvre Monsieur Copé !

Serge Dassault, l’homme aux avions qui ne se vendent plus, a, lui, piqué sa petite colère de membre d’une bien étroite caste, celle des très riches. Il a lâché quelques missiles du genre : « Taxer les riches ? C’est nul ». Ce cher homme, 89ème fortune de la planète, assure qu’il serait plus judicieux de supprimer la prime pour l’emploi ! Il va très bien avec le Président des riches, je trouve…

Il fallait également un peu de nauséabond. C’est venu par Alain Marleix. Parlant de Jean-Vincent Placé, deuxième vice-président de la région Île de France, membre éminent d’Europe Ecologie les Verts, Marleix à éructé ceci : « …Aussi dans l'Essonne, où notre Coréen national, Jean-Vincent Placé, va avoir chaud aux plumes ! » Jean-Vincent Placé va porter plainte. Fillon et Copé n’étaient pas contents, contents…

Quand on n’a rien à dire…

Quand on n’a rien à dire, que le programme, pour l’instant, en vue des présidentielles, est inexistant, hormis quelques attaques contre la classe moyenne, comme cette idée de diminuer l’allocation chômage des cadres, on s’en prend à ses adversaires. C’est tout autant classique que nul.

Les militants et cadres du parti UMP ont donc tenté de tourner en dérision l’université d’été des socialistes à la Rochelle, riant des « apparences » d’unité dans ce parti. Dommage pour le pauvre Monsieur Copé que l’image donnée par le parti qu’il dirige est une image de désunion évidente, l’image d’un parti fatigué qui ne croit plus beaucoup en la victoire de son chef, lequel n’est pas même encore officiellement candidat, mais qui ne vit et ne pense plus que pour ça. Nul doute que l’affaire des écoutes du journaliste du Monde, sortie en cours de semaine, ajoutée à l’accusation contre Sarkozy d’avoir touché de l’argent liquide des mains de Liliane Bettencourt, a plombé également l’élan unitaire du parti conservateur…

Pour couronner le tout 

http://www.impots-utiles.com

Comme si cjean-francois-cope-ump.jpgela avait été calculé à l’avance, afin de ridiculiser définitivement ce campus UMP de Marseille, Dominique Strauss-Kahn a débarqué à Paris. Nul autre événement n’aurait pu éclipser autant les laborieux débats de l’UMP. Ce n’est pas à l’honneur des journalistes, mais il faut avouer qu’il y a eu un déferlement médiatique de l’aéroport de Roissy jusque devant la porte de DSK, place des Vosges. Cela confinait autant au ridicule qu’à l’indécent. Mais, il est tout aussi clair que le campus UMP a coulé à pique, à partir de ce moment-là, médiatiquement parlant. Il paraît qu’on le cherche encore du côté du vieux port !

Ô que oui, pauvre, pauvre Monsieur Copé, ô combien la fête a été gâchée… A moins, qu’en vue de votre propre candidature pour 2017, incluant une défaite nécessaire de Nicolas Sarkozy, l’an prochain, ce ratage UMP soit une pleine réussite pour vos ambitions… J’ai dit une bêtise ?...

Jean Dornac
Paris, le 5 septembre 2011

 

Publié dans Sarkozy & Cie

Commenter cet article